Sites d'étude


    Le LMI s'appuie sur deux sites d’étude : le bassin versant du Lebna dans le Cap Bon et le bassin versant du Merguellil dans la région de Kairouan. Ces deux milieux-modèles sont étudiés depuis plus de deux décennies dans le cadre de la collaboration historique entre les partenaires tunisiens et l’IRD. Ils s'articulent avec le réseau de suivi des lacs collinaires de la Dorsale tunisienne géré par la Direction Générale de l’Aménagement et de la Conservation des Terres Agricoles (DG-ACTA) du Ministère de l’Agriculture tunisien. 

    Il existe pour les deux sites des descriptions des régimes hydrologiques et d'usages des ressources dont l’amélioration est l’un des enjeux scientifiques du LMI. La gestion de l’eau implique de nombreux acteurs (e.g. agriculteurs, associations d'usages, administrations, public, privé). Par les enjeux et les processus qu’ils concentrent, ces deux sites nécessitent des approches interdisciplinaires pour lesquelles les outils restent à élaborer.

  À l'image de nombreuses régions méditerranéennes, ces deux milieux ont connu plusieurs stratégies de mobilisation des ressources en eau depuis un demi-siècle. Ils peuvent être schématisés par : 

  • une agriculture pluviale et extensive sur les reliefs collinaires amont ;
  • une agriculture irriguée et intensive sur les plaines aval ;
  • un grand barrage intercalaire pour satisfaire les besoins à l’aval ;
  • des réseaux de lacs collinaires à l’amont pour limiter l’envasement du barrage ; et 
  • de nombreux forages dans les aquifères à l’aval. 

De plus, ces deux sites d’étude présentent des situations contrastées qui diffèrent par :

  • les régimes climatiques allant du semi-aride au sub-humide ;
  • les échelles spatiales et les gradients agro-systémiques amont / aval résultants ; 
  • les régimes hydrologiques et les relations surface - souterrain, incluant des aquifères plus ou moins profonds ; 
  • les menaces sur la qualité de l’eau d’origine naturelle (temps de résidence et minéralisation) ou anthropique (activités agricoles et intrusions marines) ; et 
  • leurs histoires agronomiques et leurs conditions de développement économique. 

   De ce fait, l’articulation des activités sur ces deux sites doit permettre d'accroître la pertinences des analyses et la généricité des développements méthodologiques, dans une perspective de représentativité des territoires méditerranéens. Ils sont à ce titre comparés à d’autres milieux ruraux méditerranéens que les partenaires du LMI étudient (e.g. bassin versant de l'Hérault et la Crau en France, du Tensift au Maroc), favorisant ainsi les échanges Nord-Sud et Sud-Sud.



Localisation des sites d'étude sur la Dorsale Tunisienne

Caractéristiques des sites d'étude: anthropisation et gradient 
agro-systémique sous différentes conditions hydroclimatiques.